Au Mont Athos, par Roland MEIGE

Posté le

Cette conférence, prévue pour la saison 2020-2021, est pour l’instant annulée, en raison de la pandémie de Covid-19. Nous laissons ici les documents qui devaient l’annoncer.

Pérégrinations architecturales d’un monastère à l’autre, sur les traces de Vassili Grigorovitch-Barski (Kiev 1701-1747) et de Paul M. Mylonas (Athènes 1915-2005). 

Le Mont Athos, triple sanctuaire. Celui, millénaire, de l’orthodoxie, celui de son architecture fille de Byzance et, plus récemment, celui de la biodiversité, depuis que l’on se préoccupe de cette dimension de notre milieu. 

Barski livre, par ses dessins réalisés en 1725, la première documentation sur les vingt sacrés monastères : elle sera longtemps la seule existante, confinée dans une bibliothèque de Kiev. Jusqu’au formidable travail de Mylonas entrepris dès le milieu du XXe siècle, qui abouti à la publication en 2000 de l’exhaustif Atlas of Athos.

Mais avant d’avoir accès à ces sources, c’est avec la carte-topo de Reinhold Zwerger (Vienne 1924-2009) en mains, que je crapahutais sur les sentiers de la Sainte Montagne, sac au dos, accueilli en pèlerin dans ce monde hors du temps.

Roland Meige

Roland Meige bio express : A petits pas dans la géographie. 
Eveil par la philatélie et les planches d’un vieil atlas familial, puis le regard s’ouvre sur la structure du paysage par la pratique modérée de l’alpinisme et, simultanément, la lecture cartographique. Professionnellement, zoom arrière de l’architecture à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire, ici et ailleurs. Tôt, la fièvre voyageuse se manifesta, ses effets consignés dans des articles publiés sur le site http://www.grandgeocoucou.com. Ils sont destinés à être rassemblés sur papier, pour laisser une trace, fragmentaire, d’un monde en rapide mutation.

Retrouvez avec la FONCTION DE RECHERCHE les autres contributions de Roland Meige pour la Société de Géographie.