Dans les pas d’Ella Maillart en Asie centrale, par Bruno PAULET

Date: 08.04.2024 à 19:00

Pour un auditoire suisse passionné de géographie, est-il nécessaire de présenter l’extraordinaire périple qu’Ella Maillart accomplit en 1935, depuis Pékin jusqu’à l’actuel Pakistan ? C’est Nicolas Bouvier – autre grand voyageur suisse – qui en parle le mieux : « Qu’on soit historien, philologue, mystique ou voleur de chevaux, cette lente traversée de la côte chinoise à l’Inde moghole est sans doute le plus beau trajet de pleine terre qu’on puisse faire sur cette planète. Prenez la mappemonde et trouvez-moi mieux ! »
De nos jours, Le train, l’asphalte et la « Karakorum Highgway » ont créé un irrémédiable fossé avec
l’expérience des voyageurs du passé. Mais pour qui cherche l’aventure, des espaces de liberté se nichent encore dans les replis des cartes. La partie la plus rude, la plus engagée, mais aussi la plus exaltante du voyage d’Ella fut le mois de traversée de hautes vallées aux confins du Tibet, restées terrae incognitae jusqu’à ce jour, pour des raisons tant politiques que géographiques.
C’est cette traversée interdite que j’ai eu le privilège de retracer dans des conditions similaires à celles de 1935 : 800 kilomètres à pied, à 4000 mètres d’altitude, sans âme qui vive, avec deux chameaux, un cheval, et deux insolites compagnons de route…

Sur les traces d’Ella Maillart
Carte générale Chine
Carte de la piste oubliée

Télécharger le flyer

Télécharger l’affiche