OUVRAGES PRÉSENTÉS EN 2021

Posté le

DEUX OUVRAGES DE KAPKA KASSABOVA

Kapka Kassabova est née en 1973 à Sofia, en Bulgarie. Elle quitte son pays natal avec sa famille à la fin de la guerre froide pour la Nouvelle-Zélande. En 2005, elle choisit de s’installer en Écosse. Elle est autrice de plusieurs recueils de poésie, romans et récits. Sa langue maternelle est le bulgare, mais elle écrit en anglais.

LISIÈRE. Voyage aux confins de l’Europe
Kapka Kassabova
Traduit de l’anglais (Écosse) par Morgane Saysana

Quand Kapka Kassabova retourne en Bulgarie, son pays natal, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, c’est à la frontière avec la Turquie et la Grèce qu’elle se rend. Une zone inaccessible lorsqu’elle était enfant et que la guerre froide battait son plein, un carrefour qui grouillait de militaires et d’espions.
Au gré de son voyage, l’autrice découvre les lieux qui furent dominés par des forces successives, de l’Empire ottoman au régime soviétique, et baignés de mythes et de légendes. Son livre est peuplé de magnifiques portraits de contrebandiers, chasseurs de trésors, botanistes et gardes-frontières, et aussi de migrants.
Lisière est à la fois le récit d’une immersion dans les coulisses de l’Histoire, un regard neuf sur la crise migratoire en Europe et une plongée au coeur de géographies intimes. Il se situe à mi-chemin entre les oeuvres de Ryszard Kapuscinski et de Svetalana Alexievitch.

L’ÉCHO DU LAC. Guerre et paix à travers les Balkans
Kapka Kassabova
Traduit de l’anglais (Écosse) par Morgane Saysana

Un voyage dans une région brisée par le pouvoir où cohabitaient autrefois peuples, langues et religions.

« Dans notre lignée de femmes, je représente la quatrième génération à émigrer. » C’est pour rompre cette spirale de l’exil que Kassabova se rend aux sources de son histoire maternelle, les lacs d’Ohrid et Prespa, les deux plus anciens lacs d’Europe. Elle parcourt leurs rives, grimpe les montagnes alentour, se baigne dans leurs eaux et, au gré de ses rencontres – gardien d’église troglodyte, guide ou pêcheur –, collecte les histoires agitées de cette région des Balkans située à cheval entre la Macédoine du Nord, l’Albanie et la Grèce. Tous ses habitants sont issus de familles qui ont été à un moment donné dispersées, que ce soit à cause de la chute de l’Empire ottoman, des guerres ou des régimes autoritaires. Tous ont hérité d’une façon ou d’une autre de l’histoire de leurs ancêtres.

Kapka Kassabova jongle avec les registres et mêle habilement récits familiaux, légendes locales et faits historiques pour mener une réflexion à la fois intime et universelle sur l’identité, celle dont nous héritons et celle que nous façonnons.

REVUE L’ALPE, NUMÉRO 94, LE VALAIS, L’ENVERS ET L’ENDROIT
Vient de paraître en kiosque et en librairie !

Carrefour géographique au cœur des Alpes, longtemps conservatoire de traditions, le Valais frappe aujourd’hui par son dynamisme économique et culturel. Terre d’histoire marquée par son bilinguisme et son identité plurielle, le canton revisite son patrimoine avec humour et impertinence et interroge, notamment à travers ses institutions muséales, les rapports entre nature et culture. Gestion des ressources en eau, découvertes archéologiques, savoir-faire viticole et innovations technologiques : autant de sujets abordés dans une perspective à la fois historique et contemporaine.

Un numéro publié avec le concours du Conseil départemental de l’Isère, le Canton du Valais et Culture Valais.
https://www.lalpe.com/produit/lalpe-94-le-valais-lenvers-de-lendroit/

ATLAS HISTORIQUE DE LA SUISSE
MARCO ZANOLI ET FRANÇOIS WALTER

À découvrir également dans ce numéro, le travail photographique de Sandrine Expilly mené dans la vallée de la Romanche, qui fait dialoguer les visages de la montagne et ceux de ses habitants, ainsi que les bonnes feuilles du polar atmosphérique de Davide Longo, Le Mangeur de pierres, paru récemment aux éditions Glénat.

L’Atlas historique de la Suisse part d’une initiative de Marco Zanoli, encouragé par l’intérêt que ses élèves portaient aux cartes d’histoire de la Suisse que lui-même avait élaborées sur Wikipedia. La publication n’est cependant pas un ensemble de cartes mises côte à côte chronologiquement et tirée de l’encyclopédie digitale, mais une série raisonnée de représentations cartographiques, très souvent élaborées expressément pour l’Atlas, sur la base d’une multitude de sources récoltées et croisées. Un vrai travail de recherche.
L’Atlas est organisé en vingt-cinq chapitres, dont la première carte représente le contexte européen qui converge sur l’arc alpin. Les surfaces colorées représentant le contexte du moment choisi, les signes conventionnels qui viennent s’y superposer permettent de se représenter le rapport entre contexte et événements. Chaque chapitre (sauf le premier, signé par Laurent Auberson) est introduit par l’historien François Walter et représente une synthèse de la période déterminée. Ces textes fournissent les lignes d’interprétation que nous retrouvons dans les cartes, en plus d’autres détails qui encouragent la curiosité du lecteur.
Cet Atlas – en plus d’être beau –  est un instrument utile à toute personne qui s’intéresse à l’Histoire ou à la Géographie historique de la Suisse. Il montre comment ce pays n’a jamais fini « de se faire, de se défaire et de se recomposer », comme écrit François Walter dans son introduction.

Ruggero Crivelli

VOYAGES IMAGINAIRES
Alberto MANGUEL
Collection : Bouquins La Collection. 32 €

Date de parution : 19/05/2016
Le rêve et l’imagination ont toujours été, à travers la littérature, l’une des meilleures façons de découvrir le monde. Depuis l’origine, les hommes ont éprouvé le besoin de s’inventer des royaumes et des terres lointaines. Tout périple est une quête à la fois magique et spirituelle. L’Iliade et l’Odyssée, avant Robinson Crusoé, en sont de merveilleux exemples. « Beaucoup des premiers voyages sont des quêtes de l’impossible », souligne Alberto Manguel qui restitue au voyage sa dimension d’utopie en évoquant Thomas More et en citant Stevenson : « Mieux vaut voyager avec espoir qu’arriver à destination. »
Contrairement à celle des encyclopédies et des atlas, la géographie imaginaire n’a pas de frontières. Ses lieux existent dans un espace illimité et occupent des paysages dont l’abondance est infinie – les rives d’Utopies, le pays des merveilles, l’Eldorado, le pays d’Oz, l’île de Peter Pan, les enfers et le paradis de Dante, l’île de Robinson, le château de Kafka…
Pour illustrer la richesse de ce genre littéraire, Alberto Manguel a choisi parmi d’innombrables textes six oeuvres originales et méconnues d’auteurs français, canadien, américain et hongrois ; l’une d’elles, Herland, de Charlotte Perkins Gilman, est traduite pour la première fois. Autant d’invitations à l’expérience du monde dans ses dimensions multiples et sous toutes ses latitudes.
Ce volume contient : Denis Veiras, Histoire des Sévarambes – Abbé Pierre-François Guyot Desfontaines, Le Nouveau Gulliver – Étienne Cabet, Voyage en Icarie – James De Mille, L’Étrange Manuscrit trouvé dans un cylindre de cuivre – Charlotte Perkins Gilman, Herland – Frigyes Karinthy, Capillaria ou le Pays des femmes.

Hanna DYAB
D’Alep à Paris : les pérégrinations d’un jeune Syrien au temps de Louis XIV

ACTES SUD
Sindbad
La Bibliothèque arabe
Juin, 2015

Hanna Dyâb, chrétien maronite d’Alep, fait le récit du voyage effectué dans sa jeunesse en compagnie du Français Paul Lucas, au début du XVIIIe siècle. Son texte en arabe nous est parvenu sous la forme d’un manuscrit unique, inédit à ce jour, conservé à la Bibliothèque vaticane.
Le périple conduit l’auteur d’Alep à Tripoli, Saïda, Chypre, puis en Égypte, d’où il rejoint la Libye, puis Tunis. De là il passe à Livourne, Gênes et Marseille, avant de gagner Paris, où son séjour culmine avec sa réception à Versailles dans les appartements de Louis XIV. Sur le chemin du retour, il passe par Smyrne et Constantinople, d’où il rejoint Alep en traversant l’Anatolie en caravane.

Conteur hors pair, Hanna Dyâb fut l’informateur d’Antoine Galland pour une douzaine de contes des Mille et Une Nuits, notamment Aladin et Ali Baba. Extrêmement vivant, son récit relate rencontres et conversations, déplacements en caravane, tempêtes et attaques de corsaires en mer. Il décrit précisément l’horloge astronomique de l’église Saint-Jean à Lyon, la vie sur les galères, le Grand Hiver de 1709, le supplice de la roue ou une représentation d’Atys de Lully à l’Opéra. Il entrecoupe son récit d’histoires plus ou moins légendaires, inspirées de vies de saints, de contes populaires, de faits divers.
Le regard vif et original d’un « Oriental » sur le monde méditerranéen et la France au temps de Louis XIV.
Récit traduit de l’arabe (Syrie) et annoté par Paule Fahmé-Thiéry, Bernard Heyberger et Jérôme Lentin.

https://www.aramcoworld.com/Articles/July-2021/The-1001-Tales-of-Hanna-Diyab

https://www.franceculture.fr/oeuvre/dalep-paris-les-peregrinations-dun-jeune-syrien-au-temps-de-louis-xiv

QUELQUES TITRES PLUS OU MOINS RÉCENTS POUR L’ÉTÉ.

Nous publierons avec plaisir toute bonne recension que vous voudrez bien nous adresser de ces ouvrages, ou d’autres. Une dizaine de lignes, ou une page, la place ne manque pas, c’est l’intérêt du contenu qui prime.
Ph. Martin, éditeur Web

Abraham, Jean-Pierre; Armen; Petite Bibliothèque Payot
Bailly, Jean-Christophe; Le dépaysement. Voyages en France; Points Seuil
De Baecque, Antoine; Ma transhumance; Arthaud Poche
Ilyina-Laylle, Olga et Michel Jan: Un long printemps d’exil. De Petrograd à Saigon, 1917-1946; Points Seuil. VOIR PLUS HAUT.
Kassabova, Kapka; Lisière. Voyage aux confins de l’Europe; Marchialy (en poche dès le 25.8.21). VOIR PLUS HAUT.
Kauffmann, Jean-Paul; Courlande; Le Livre de Poche
Kauffmann, Venise à double tour; Folio
Lapeyre, Françoise; Le roman des voyageuses françaises. 1800-1900; Petite Bibliothèque Payot
Péroncel-Hugoz, Jean-Pierre; Le fil rouge portugais. Voyages à travers les continents; Petite Bibliothèque Payot
Rigoni Stern, Mario; Le sergent dans la neige; 10/18 domaine étranger
https://www.persee.fr/doc/globe_0398-3412_2020_num_160_1_7762

Rolin, Olivier; Extérieur monde; Folio
Rumiz, Paolo; La légende des montagnes qui naviguent; Folio
Synge, John M.; Les îles Aran; Petite Bibliothèque Payot
Tokyo électrique. Nouvelles de Muramatsu Tomomi, Morita Ryûji, Hayashi Mariko, Shiina Makoto, Fujino Chiya; Picquier Poche
Vialatte, Alexandre; Le fidèle berger; L’Imaginaire Gallimard

Olga Ilyina-Laylle et Michel Jan; Un long printemps d’exil. De Petrograd à Saigon, 1917-1946; Points Seuil

Ce n’est pas un récit de voyage, mais celui de l’exil d’une russe blanche dont les parents fuient Pétersbourg en 1917, son année de naissance, vers Harbin en Mandchourie, puis adolescente, apatride, sans passeport Nansen, d’abord à Shanghai occupée par les Japonais, puis à Shanghai, puis Hanoi et finalement à Saigon, à la fin de la guerre en 1946. Au-delà des occupations et préoccupations d’une enfant, d’une jeune fille, d’une jeune femme, ce récit de la vie souvent précaire de cette exilée chassée toujours plus loin et s’éloignant progressivement de sa culture, nous plonge dans le quotidien d’un monde étonnant, totalement disparu, à peine imaginable, et précédant les deux dictatures successives à venir. L’auteure termine son récit à son dernier exil vers la France, lorsque la vie insouciante et futile de l’Indochine s’achève brutalement par l’attaque japonaise et qu’elle doit composer avec la nouvelle donne que représente « la rupture avec la France et l’indépendance du Vietnam » (p. 276).

Ph. Martin, 2.7.2021

Réédition de l’ouvrage original « Au Pôle Antarctique ». Voir la rubrique Littérature de voyage: Régions polaires.